Rechercher dans ce blog

jeudi 14 mai 2015

SPECIAL DALIDA  : 30 ans déjà !
                      Telle une ombre dorée et scintillante , le souvenir de  " La Gigliotti " n'en finit pas de planer sur nos mémoires ... Alors  , en ce radieux mois de Mai  , rendons -lui un hommage fort bien mérité  !  Je vous propose de redécouvrir son répertoire à travers quelques titres des 70's & 80 's ...                                                
Nous commençons cette rétrospective multilingue par la version italienne de " J'ATTENDRAI " http://tempfile.ru/file/1523358 (TORNERAI ) en 1976 :  http://muzofon.com/search/dalida%20Tornerai  ,  ainsi que la version allemande ( KOMM ZURÜK) :   http://muzofon.com/search/komm%20zuruck%20dalida  .                                                                Cette chanson est le premier succès disco de Dalida ( double disque d'or ) . Rendu célèbre en 1938 par une autre italienne , il trouve au milieu des années 70 , une seconde jeunesse en étant réadapté au goût de l'époque par Tony Rallo ( Tony Rallo & the Midnite Band ) . Cette nouvelle version sera vivement critiquée par sa créatrice Rina Ketty : " j'attendrais " était une chanson de l'après-guerre  évoquant l'attente et l'espoir au lendemain  de la tragédie mondiale . En mode strass et paillettes , le titre bien que toujours nostalgique , prend évidemment ici une  tournure quelque peu différente ...  
  Dalida défendra ce choix , en argumentant que  les belles mélodies ne meurent jamais et qu'elle peuvent être adaptées au fil du temps en bénéficiant des nouvelles techniques  ( " Tornerai "est lui-même inspiré par un segment de Madame Butterfly de Puccini datant de 1903! ). L'avenir lui donnera raison : de nombreux artistes se mettront à la mode du rétro -disco ,  à l'image du tube de Grace Jones qui reprend deux ans plus tard " La Vie En Rose " en version disco -samba ...  
               
       L'année suivante  , au cours d'une tournée dans le monde arabe, la chanteuse a l'idée de rendre hommage au pays qui l' a vu naître  , en adaptant " Salma ya Salama " de Sayed Darwich  , datant de 1919.
SALMA YA SALAMA   ( All Versions ) :  http://muzofon.com/search/Dalida%20Salma%20Ya%20Salama    Salma ya Salama devient un vrai tube  populaire en Europe et au Moyen -Orient  (à nouveau double disque d'or ).  il est enregistré dans cinq langues différentes  dont  l'italien :  http://muzofon.com/search/Dalida%20Salma%20Ya%20Salama%20uomo%20di%20sabbia                 ainsi qu' en allemand et en espagnol .        
              Au coeur des 70's , Dalida semble particulièrement radieuse et épanouie : Depuis 1964 , on voit sa chevelure s'éclaircir  progressivement tandis que sa silhouette s'affine de manière spectaculaire ( quatorze kilos  perdus en douze ans ) : la brune pulpeuse des années 50 s'est transformée en une blonde sylphide  !
 Côté coeur ,  le fantasque Richard Chanfrey la comble comme aucun homme jusqu'ici ( y compris sexuellement pour la première fois ) : l'illusion durera jusqu'en 1981 et s'évaporera en même temps que la magie des années 70 . Côté carrière , elle est au sommet : entourée d'une solide équipe et managée par son frère , le quelque peu despotique Orlando qui gère désormais les affaires de sa soeur d 'une main de fer ...  
               
Durant les années 70 , Dalida triomphe avec son équipe gagnante à commencer par le fidèle Tony Rallo qui créé les arrangements pour tous ses tubes disco , notamment ses anciennes roucoulades des années 50-60 remis au goût du jour sous forme de medleys : http://muzofon.com/search/dalida%20generation%2078  &  http://muzofon.com/search/dalida%20ca%20me%20fait%20rever                                                            Sans oublier le talentueux Toto Cutugno qui contribue largement à l'immense popularité des tubes de la diva . Cutugno compose notamment le disco " Femme est la nuit " : http://muzofon.com/search/dalida%20femme%20est%20la%20nuit et l'étrange " Captain Sky ", véritable OVNI ( dans tous les sens du terme ) dans la carrière de Dalida . Sur une superbe mélodie , ce titre digne d'un manga , évoque l'amitié d'enfants terriens avec des extraterrestres conquérants ( Une improbable version allemande verra également  le jour et rencontrera plus de succès chez nos cousins germains que la version d'origine chez nous ) :   http://muzofon.com/search/dalida%20captain%20sky   Une sorte de clip science -fictionnesque et émouvant , est même tourné pour la télévision:  http://www.dailymotion.com/video/xecsn_dalida-captain-sky_music  et Dalida l'interprète  dans divers émissions , de " Aujourd'hui Madame "  à  "   Midi Première ", marquant ainsi toute une génération d'enfants ...                                                            
                                                                                                  Mais l' immense succès  populaire apporté par les mélodies de Cutugno , viendra surtout en 1979 avec l'adaptation française de " Voglio L'Anima " , mis à la sauce disco  à la demande de Dalida et qui devient ainsi " Laissez-Moi Dansez "  (Monday Tuesday ) :      http://muzofon.com/search/dalida%20monday%20tuesday . On notera en face B du 45 tours , un inédit " Comme Toi " : superbe slow aux accents disco , ne figurant alors sur aucun album , ni compilation : http://muzofon.com/search/dalida%20comme%20toi


                                                                           
                            Une version anglaise voit le jour dans la foulée :                                                  http://muzofon.com/search/dalida%20let%20me%20dance%20tonight  .                                                " Monday Tuesday "  se voit aussi  transformé  en " Dejame Bailar "  pour le marché espagnol : http://muzofon.com/search/dalida%20dejame%20bailar                    
" Monday Tuesday "   atteint directement   la  première place en France et un peu partout en Europe . Une nouvelle ère s'ouvre clairement pour Dalida : Après être montée sur la scène du Carnegie Hall new yorkais lors d'un spectacle chorégraphié par Lester Wilson ( qui a dirigé les pas de danse de John Travolta dans  "Saturday Night Fever " ) , la chanteuse assoit son statut d 'icône gay et de reine du disco français , en alliant un répertoire scintillant tantôt léger , tantôt grave , à des tenues de scènes époustouflantes  dignes de comédies musicales hollywoodiennes    
       Après l'immense succès du single " Laisser moi  Danser ",   les strass du disco sont plus que jamais de circonstance pour  Dalida . Elle continue sur cette voie avec un clin d'oeil à son plus grand succès : Six ans après  " Gigi L'Amoroso " , elle sort une suite contant les aventures du tombeur napolitain , décédé dans des circonstances tragiques et faisant de Vénus sa discothèque au paradis du disco... ! Sur la Scène du Palais des Sports en 1980 et lors de ses nombreuses prestations télé, elle apparaît pour ce titre, entourée de  danseurs , plus flamboyante que jamais dans un  juste au corps couleur chair suggérant un corps nu  , couvert de strass et paillettes dorées.                                            
                                                                 Gigi In Paradisco :     //muzofon.com/search/dalida%20gigi%20in%20paradisco     ( all versions & remix )  1980                                                                                                  
                                                                             
Les  80 's vont s'avérer beaucoup plus dures pour Dalida  : Elle est toujours très présente à la télévision ( elle y apparaît d'ailleurs de plus en plus fatiguée les années passant ) , et souvent moquée ou jalousée dans l'univers impitoyable du show-biz . Alors qu'elle était toujours  parvenue jusqu'ici à se renouveler , elle peine à imposer un nouveau style  ... Et les cyniques années 80  vont peu à peu la cataloguer définitivement comme une diva de variété kitsch " plumes & paillettes "  , uniquement destinée à un public gay .                                                                                                                          Ci-dessous  : des  " choix artistiques " qui font sourire ses détracteurs .Orlando réutilise les photos de sa pub du désodorisant  " Wizard Sec " pour illustrer l'album " Le Visage De L'Amour ". A droite , on peut voir que la chanteuse tente de dissimuler  l'objet du délit derrière son bras...! 
( Toujours  étincelante , Dalida est ici habillée par le couturier Loris Azzaro )
Cependant , en ce début de décennie 80 , le titre " Rio de Brazil " est un vrai tube de l'Eté : http://muzofon.com/search/dalida%20rio ( single -instrumental - maxi & remix ).Il est vrai que le rythme brésilien de la chanson sied  particulièrement  bien à la saison estivale .
Pour ce voyage à Rio De Janeiro , Dalida apparaît ondulante , dans une tenue rouge étincelante de diva rétro , qui fait penser aux  films hollywoodien des années 50 .                                                                                                                                                                                                                                                En 81 , la chanteuse nous offre encore quelques titres purement disco , avec des thèmes typiquement dans cette veine comme " L'Amérique qui fait rêver "  http://muzofon.com/search/dalida%20americana .   " Americana " ne rencontrera cependant pas le même succès que ses tubes disco précédents ( changement d'époque oblige...)     

" DALIDA DISCO "  par  Planète Disco : 

(Conception  par mÔnsieur Wiiiz, Finalisation de la robe de  Dalida par Mamy Ouf , Photographies et montage par Carlotta Di Angelo)


8 commentaires:

  1. Elle aura touché tous les répertoires, chansons à textes (comme on dit) , la variété, le disco et même certaines chansons dont elle aurait pû se passer (le Mondial), Orlando a dû insister ! Plutôt que de revenir sur ce destin tragique, sa quête du bonheur, sa solitude, sa soif de connaissance, son talent, réécoutons ses titres emblématiques de sa belle période disco. Qu'elle ait été la 1ère ou pas à faire du disco à la française n'a que peu d'importance, je ne me lasse pas d'un J'attendrai, d'un Gigi in paradisco ou d'un Rio do Brazil...merci Mônsieur Wizz d'entretenir la flamme de cette icône ! Je ne savais pas que ses seins avaient été si souvent dévoilés, mais chez elle rien de vulgaire, ce qui fait hélas défaut à cette nouvelle génération qui reste persuadé que dévoiler son corps sous toutes ses coutures (parfois nombreuses) donne du talent...

    RépondreSupprimer
  2. Bien vu , Gillou ! Cent pour cent en adéquation avec tes remarques ( très pertinentes )... Malgré toutes les railleries de son vivant et après sa mort , elle est bel et bien entrée dans la mémoire collective ... Peu d'artistes peuvent s'en vanter !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai l'impression qu'à la différence de Sheila et Karen Cheryl, Dalida a sorti de vraies versions longues, Monsieur Wizz vous confirmez ? J'ai eu la chance de la voir une fois sur scène mais c'était à l'Olympia bien avant sa période Disco...Une vraie présence, un souvenir fabuleux. A propos il mesemble que son spectacle au Palais des sports avec son affiche assise sur une chaise de face, avait suscité bien des critiques : Affiche jugée osée !!! Et il me semble qu'elle a été accusée de playback sur scène ? Monsieur Wizz vous confirmez toujours ? Un comble quand on voit certains concerts ou spectacles aujourd'hui !!!!

    RépondreSupprimer
  4. hélas mon Gillou , Dalida a surtout sorti des versions " étrangères " ( sept langues différentes) mais c'est le seul ' bonus ' par rapport à Sheila & Karen ... ces 3 artistes ibach - carrère n'ont commencé à sortir de vrai maxi versions vers 1979 -1980 quand leurs meilleurs titres disco sont déjà passés . Il y a bien le maxi de " monday -tuesday " , mais c'est du bricolage comme le "love me baby " de Sheila .... Pour Dali , il faut attendre 1980 pour une vraie version longue de " Rio Do Brazil " .... Heureusement il y a quelque instrumentaux originaux , dont celui de la face B du 45 t égyptien qui a permis cette version 'edit ' que j'avais demandé à un DJ de réaliser il y a 3 ans ...........................Pour le palais des sports , oui effectivement : tu as raison on a beaucoup parlé : affiche trafiquée du journal hara kiri avec montage photo où elle est nue jambes écartées ( beaucoup de gens ont vraiment cru qu'elle était bien à poil ) ................ Pour le playback, il y a plusieurs versions : celle que donne Dalida au jeu de la vérité : elle a du faire une partie du spectacle en playback car aphone et fièvreuse , on parle aussi d'épuisement ( pressée comme un citron par Orlando ) ou tout simplement qu'il n'était pas possible de chanter et danser sur certaines chansons .... un faux procès car à l'époque sylvie vartan chante tous ces concerts en playback ( dixit son ex producteur et mari d'amanda lear )..... et aujourd'hui Madonna et bien d'autres enregistrent à l'avance des versions "spécial concert " donnant l'illusion de chanter vraiment alors qu'elle ne fait que murmurer sur du playback .( question voix" en vrai " ce serait la cata si il n'y avait pas d' "aide ! " ).. Personnellement , j'aurais adoré voir Dalida chanter en concert ( même en playback ! ) et je t'envie beaucoup ce beau souvenir !

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces précisions éclairées sur les Maxis de la Dali. Concernant l'affaire du playback, je pense qu'il y a un peu des 3 raisons que tu avances. Ensuite comme toutes ces stars de variété elle était une cible de rêve : populaire, trass, invitée régulièrement chez Danièle Gilbert ou Guy Lux...tout ce qu'une certaine "élite bien pensante" détestait ...c'est vrai qu'il vaut mlieux entendre tous ces pseudos chanteurs aphones, sans charisme chiants comme la pluie, quoi qu'elle au moins est utile ! Pour en revenir au spectalce que j'ai vu c'était à l'Olympia à l'époque de Gigi l'Amoroso...avec mes yeux d'enfant accompagnant ma grand-mère j'ai été ébloui !! Quelle femme quelle présence et quelle ambiance !!!!

    RépondreSupprimer
  6. Oui Gillou , en France et encore aujourd'hui il y a toujours une espèce de suffisance et de mépris ricanant pour tout ce qui touche aux " artistes paillettes "des 70's : pour les bobos de la télé et d'ailleurs, c'est de bon ton de s'en moquer en faisant semblant d'aimer des trucs inécoutables que tout le monde a oublié trois mois après .. Pour moi Dalida comme Sheila et d'autres , c'est la saveur de mon enfance devant la tv avec des "midi première " et des émissions " numéro un " ou "top à jeane manson " ou encore des spéciales "il était une fois " ... Que du bonheur !

    RépondreSupprimer
  7. je vois que mÔnsieur Wizz a plus d'un tour dans son sac à paillettes, très jolie représentation de la Dali ! Félicitations, j'ai toujours dit que tu étais doué ! Les fans vont la désirer j'en suis sûr ...

    RépondreSupprimer